Résultats 2007

Val de Reuil
Bons baisers de Gérardmer - Pierre Cornet
Saison 2007 AAS Fresnes
07
oct :
23
sept :
23
sept :
16
sept :
08
sept :
sept :
19
août :
15
août :
24
juin :
17
juin :
17
juin :
08
juin :
03
juin :
27
mai :
24
mai :
05
mai :
15
avril :
01
avril :
01
avril :
01
avril :
18
mars :
11
mars :
04
mars :
11
février :
11
février :
04
février :
27
janvier :
21
janvier :
21
janvier :


Saison 2007 AAS Fresnes

10km Odysséa - Dimanche 7 octobre - Vincennes

Laétitia ALARY

39 ICARD Gilles VH1M /223   en 00:39:31
318 ALARY Laetitia SF F 16ème/476 en  00:47:25

La course s'est déroulée dans le bois de Vincennes et était organisée par l' Odysséa, association de lutte contre le cancer du sein qui reverse l'intégralité des frais d'inscription à l'institut Marie Curie qui effectue des recherches contre cette maladie.
Nous étions 8 000 coureurs répartis sur 2 courses : une de 5 km (effectuée par des marcheurs) et une de 10k. Tout le monde avait revêtu le tee shirt rose offert lorsque nous avons récupéré les dossards.
Du soleil, une ambiance détendue et conviviale car les gens participent plus pour faire une bonne action que pour faire un chrono.

 (j'ai fait 318ème sur 1849 coureurs ; 16ème VF1 sur 476.  Ca ne veut pas dire grand-chose car ce n'est pas une course ordinaire mais ça fait plaisir quand même d'être bien classée et de voir que le fractionné commence à porter ses fruits. Maintenant, va falloir confirmer… et penser à se mettre au vélo !!) je suis super contente


Jean-Yves Piard
Le week-end du 6 et 7 octobre 07 se déroulent les 24 heures de course à pieds en individuel sur la piste du stade LOUIS FREBAULT ARCUEIL Départ samedi 11heures fin de l'épreuve le lendemain à quelle heure?? (pour ceux qui ont suivi)
Venez encourager les participants, mais surtout vous pourrez mieux prendre conscience de ce qu'est le véritable défi. Si des volontaires peuvent participer au pointage ils seront les bienvenus.
A ce week-end sur le stade

Stéphane Zaratousthéry (Lettre sup Cyclo)
Salut les potes,
Pour info nous avons Henri (VCBS) et moi couru la derniére Stephen Roche. Trés sympa mais quand même sérieux ( plus de 2000m cumulé de D+). Le but étant de participer, bon, on a participé...


Triathlon CD de La Baule- 23 septembre - 1,5 / 40 / 10
Pierre Guillée

527è GUILLEE Pierre FRA 321 S4M (91) AAS FRESNES TRI IDF 0:39:16 561 1:17:31 506 (+34) 0:48:37 490 (0) 2:45:23

Petit montage Vidéo de la parade spéciale 20 ans de Tri à la Baule


Une vidéo sur la parade-défilé des 20 ans de triathlon à La Baule avec des chars (inoffensifs) des pin-ups.. :mrgreen: et le départ du grand Prix féminin assez beau pour masquer le résultat mi-figue mi-raisin (encore) 527è sur 800 inscrits et 640 arrivés...y'en a plein qui se sont perdu dans la Brière ?!

La surprise (pas indiqué sur le bulletin d'inscription) démontage du sur-guidon à l'entrée du parc . Lors du briefing ; "le drafting a été non pas "autorisé" mais bien "légalisé" :!:

sur le format CD plus de 800 inscrits ... avec des passages assez étroits, et un parcours vélo en 2 boucles de 20 km...à un moment je me suis retrouvé dans un peloton de 50-60 ! drôle d'impression.

Une autre image : le peloton avec un triathlète no doping no drafting :shock:
c'est un peu la rançon du succès...
cela ne correspond plus avec la philosophie du triathlon à sa naissance...

Qui plus est,..."comme un avion sans aile" sans la fresnesfamily !

Ceux qui se faisaient doubler par la tête de course pendant le vélo étaient éliminés...
Décision de l'arbitrage d'après la RG sur les courses avec drafting.

La RG concernant les courses multiboucles avec drafting a sans doute été écrite avec les GP à l'esprit plus que les courses de masse comme la Baule.

J'espère que les arbitres sauront faire remonter l'information pour justement mieux adapter le règlement ou l'assouplir sur ce point. La Baule avec son nombre de participants impressionnant sur un si "petit" parcours reste une course bien à part...




















EVRY - 23 septembre - Triathlon Contre la Montre par Equipe

Hervé Perrin : Equipe de la mort

 

Ce Dimanche 23, le SCA d'Evry organisait son triathlon contre la montre par équipe. C'est donc après un choix rigoureux parmi les membres de l'AASFTri qu'une équipe de la mort a été constituée : Thierry W alias Aironne, Gilles I. alias Saïmone, Gilles O. et votre narrateur. Vous vous doutez que le critère de sélection n'a pas été le physique mais plutôt la cohésion mentale du groupe.

La veille, conseil de crise au bord du bassin de Fresnes. On demande à jpcoach une solution, même peu réglementaire, pour qu'Aironne ne nous plombe pas sur la natation. Malheureusement Jp nous annonce que notre cas est désespéré. Après des années d'acharnement sur Thierry, il n'a pu obtenir qu'un pauvre 7'25'' au 400m. Et vu qu'il n'a pas nagé depuis des mois, un résultat de 8' serait extraordinaire.

12h30 Boudoufle, à l'arrache, Aironne nous sort un certif' ! 2007 ne sera donc pas une saison blanche pour lui. C'est inespéré, l'équipe est au complet et à l'heure.

Bon, pas de bol, nous sommes dans l'avant dernière vague donc 3 heures à poireauter. Encore une mauvaise gestion : Saïmone et Aironne n'ont pas prévu le cass'dale. Évidemment nos deux compères affamés commencent à crier au scandale, à s'en prendre à moi, capitaine mauvais logisticien, jusqu'à ce que je leur trouve une buvette. Rassasiés, ils se calment. Notre attente nous permet de papillonner et de rencontrer voire chambrer d'autres connaissances triathlètiques des clubs de la région. Surprise, on y retrouve notre V4 de Jean-Yves G. qui s'est sournoisement créé son petit relais enterprize sanofi. Y' a aussi Sophie et Alain qui sont là pour nous encourager. (Enfin, le Brams est plutôt venu pour nous charrier et nous balancer des cailloux. )
Bientôt notre vague, nos deux héros m'en mettent encore une fois plein la gueule car ils se rendent compte qu'ils doivent encore gonfler leurs pneus et que je n'ai pas prévu de pompe.
15h30, on s'approche de la piscine. Là, les jeunes champions du Monde juniors de St Geneviève des Bois déroulent une nage impeccable et efficace. Saïmone réclame une nième fois la mise au point d'une stratégie qui ne viendra pas. Ou si peut être une sur la nat' : Saïmone se met devant pour faire la vague, Gilles O. surfe derrière, Aironne tente de suivre et moi je pousse notre 3ème homme par les pieds.

La tactique semble payer. Thierry connaît enfin la sensation de glisse et revient régulièrement au contact du train. Sortie de l'eau en 7'15'' ! Hourra ! Crie la foule. Aironne vient de pulvériser son record sur 400m. La transition n'est pas un modèle du genre.
Sur les 18 km du vélo, c'est autour de Gilles O. de souffrir, et plus exactement de maudire son biclou acier un peu lourd et au développement restreint. Avec Thierry, on se met de front devant lui pour le drafter. Et en bon coéquipier Saïmone se met 10 mètres devant nous invectivant d'accrocher sa roue. Au milieu du parcours, trois jeunes donzelles cyclistes décident de traverser notre route. Elles ne voient pas arriver le train bleu de Fresnes. Thierry freine, prêt à dégainer son n° de tél.
Mais on entend le cri du cœur de notre locomotive Saïmone qui stoppe net les filles et sauve notre équipe du carambolage annoncé : "Sal..es ! "

Au départ de la course, Gilles O. est grillé et nous demande de ne pas l'attendre, le classement se faisant sur le 3ème. Aironne est enfin dans son élément. Il peut gambader dans la campagne et narguer Saïmone qui est dans le dur, les guiboles en béton. Au premier kilo, c'est l'intifada, notre poétique supporter Alain nous jette des « allez bande des baltringues ». Et au bout de 4 km, sur la piste du stade, à la vue du buffet, notre arrivée se fait sur super rapide, à faire pâlir un Asafa Powell.
Résultat : les champions du Monde gagnent en 44' : normal. JYG gagne dans sa catégorie : comme d'hab'. Et nous 38ème/59 en 57' et des brouettes.

La méga performance, le bon état d'esprit et l'ambiance fraternelle qui règne au sein de l'équipe nous laisse à penser que l'édition 2008 de cette épreuve devrait revenir à notre programme.

Rv qui a enfin récupéré d'Embrun

Résultats complets sur Site : perso.orange.fr/scatriathlon








Triathlon LD de Val de Reuil- 16 septembre - 3 / 83 /21,5

Vidéo Val de Reuil 2007 with the TOF of the race (not the president)

106è Gilles Icard 05:10:37
194è Gwenael Tristan 05:36:35
258è Jean-Pierre Menichetti 06:11:33
283 finishers

Gilles Icard

Bilan : bon, sortie propre, sans plus.
Val de Reuil : 320 téméraires qualifiés pour la finale du world championnatship
nat galère puisque la dernière fois que j'avais nagé était le 15 aout à 6h du mat, :)
donc premier tour ok en 23'45 (1500m), deuxième tour plus laborieux sortie eau en 49'10 (3000m) c'était prévisible vu le zéro training en nat, le reste transition et sortie parc laborieuse en 53'
en vélo, 90% du temps position aéro au final pour les 83k 33km/h du moyenne, ( en fait tu as toujours l'impression d'être à 36-37 et tu as les 3 bosses à monter ) avec ça , je suis 145eme temps (!!!!!) sur 320 environ soit à peine dans la première moitié ( meilleur temps 2h08 transition incluse, moi 2h34!!).
sincérement je vois pas comment faire mieux sauf avoir un cadre aéro, des roues profilées et un plateau de 54!!
moi avec mon 50x13, j'ai tourné les jambes entre 80 et 95 constamment mais j'avais pas l'impression de trainer!!!!
càp, sensations mitigées au départ, sensations moyennes, jérem me passe au k3
( lui est au k14,5), et ensuite je fais tout le premier tour à assez bon train avec le n°5 un certain pilatte qui va terminer 4eme, le deuxième tour sera plus dur car j'ai perdu mon lièvre et je me retrouve alone dans la pampa pas trop motivé, pas de challenge et en plus il se met à sérieusement cogner.
bon je termine les 21,5k en 1h42, honnête sans plus mais j'ai remonté 50 gus.
final 5h10, 106eme 5eme V2, correk vu mon état de forme !!!
le buffet rillettes me tendait les bras et là je me disais en ne voyant pas le aironne et le lolo agoniser dans leur sandwich au pâté que décidément maintenant tout foutait le camp...

Gwenael Tristan
Après 2 mois de "repos" suite à Lorient, Un réveil matinal 6h30 pour partir sur Rouen faire le dernier long de l'année, une organisation bien réalisée pour pouvoir mettre toute la famille dans la voiture, femme et petite fille, les supporters du jour. Une fois la premier mission accompli nous voila sur les routes en direction de Val de Reuil, sous un soleil magnifique, qui ne dura pas longtemps puisque le brouillard et le froid (12°) nous attendaient à l’arrivée.
Après la prise de dossard, Je retrouve déjà les couleurs du club représentées par Jean- Pierre et Gilles.

Nous voilà donc en train de nous mettre en costume de grenouille pour faire trempette dans une eau malgré tout froide, environ 17° d'après les organisateurs, (mon oeil) lorsque je réalise que je n'ai pas nagé depuis Lorient, le doute s'installe…
Le départ retentit et voilà que plus de 350 personnes se jettent à l'eau.
Là pour moi les problèmes commencent : le Froid me prend, les muscles se durcissent et les débuts de crampe arrivent.
J’arrive tout de même à sortir de l'eau complètement gelé au bout de 55 minutes.
La transition s'effectue relativement vite et me permet de monte sur le vélo 4 minutes après, mais les cuisses sont dures comme du béton et les gels de nutrition comme les pâtes de fruit ne feront rien pour pallier au manque de sucre perdu dans l'eau.

Les 81 km se font tant bien que mal en 2h35 (soit 31,7Km/h). Une fois de plus mon 48/13 me permet de tourner les jambes et me sauve la mise vue l'état de mes cuisses. Je pose donc le vélo pour le troque contre mes souliers de sept lieux qui eux-mêmes ne pourront rien faire contre des muscles tétanisés. Heureusement la tête est là. Un Bon Mental qui me répète à chaque mètre : "Ce que Tête Veut corps peut"
Ces derniers 21 Km me paraissent un interminable cauchemar 2h05minute tout de même et avec une chaleur hors norme sur cette dernière épreuve, mais avec à la fin la récompense de ma petite fille qui m'attend avec un grand sourire et finit dans mes bras pour passer la ligne d'arrivée et mettre un terme à mon dernier Triathlon...Long de l'année.

Comme on dit ce sont les expériences qui font avancer les hommes, Mais là c'est sûr, sans entraînement je ne me réalignerai pas de si tôt sur un long ...











Triathlon XL de Gérardmer - 08 septembre - 4 / 120 / 30 :

399è/ 655 finishers : CORNET Pierre 09:07:25
01:22:31 / 00:08:53 / 04:50:27 / 00:04:43 / 02:40:52

4000m.
Départ en une seule vague pour une boucle de 4km dans le lac de Gérardmer.

120km.
Constitué de 3 boucles de 40km, le parcours se déroule au coeur du Parc Naturel des Ballons des Vosges

30km.
Parcours pédestre constitué de 4 boucles de 7.5km autour du lac

" J’étais passé à Gérardmer, la Perle des Vosges, l’été dernier par une belle journée ensoleillée, et après avoir vu les affiches partout annonçant le Triathlon , nagé dans le lac et couru autour, je m‘étais promis d’y participer un jour...

Suite Récit et photos téléchargeable au format PDF
Vidéo France3 Jukebox " courses" sur Gérardmer




Brève de l' été

Un Duathlon à Jar sur mer je dois faire dans les 40 /60 c’était en trois manches NAGE 100M CP2KM  //  N200 CP 2KM  //  N200  CP 4KM  c était très dur il y avait 2 équipes de 1ere division la roche / Yon et les Sables, un autre monde !
Le 8 septembre la ronde des lacs en Auvergne je pars pour le 75km et Karine pour le 45km .Au km 22 je me retrouve le cul sur la roue AR (sensation blizzard) mon cadre était case en deux donc retour a pied et pour ma femme un chute sur l’épaule et dix jours avec une attelle. En résumé un grand week-end ! Vincent Fourgous

Triathlon de Langogne (48) - C D - 08 juillet –  1.5 km - 40 km - 10 km

62 ALIBERT Serge M V4   00:35:42   01:25:16  01:03:57      03:04:54

Triathlon CD des SETTONS :

ICARD GILLES 83ème en 2h44'24" (29'25" + 1h32'16" + 42'43")   
BURTIN PATRICK 141ème en 3h08'51" (37'55" + 1h42'43" + 48'13")


Triathlon CD de La Ferté Bernard - 19 Aout - 1,5 - 40- 10:

La Commission sportive de la section adresse un second* carton jaune à Christophe qui a préféré s'aligner la veille sur le Championnat régional de pose de parquet flottant ! Suite à ce forfait (courbatures) de dernière minute, Phil pris donc la relève en vaillant capitaine : il mena la barque (temps pluvieux) en conduisant la caravane du club à l'aller, en réalisant le meilleur classement du groupetto, et en nous ramenant tous à bon port.

Dégustation de produits locaux (Rillettes) à l'heure du déjeuner...
Ayant voyagé sous la pluie, nous nous attendions à devoir affronter le mauvais temps en plus des bosses du parcours vélo. Nous avons eu beaucoup de chance puisque la course se courut au sec. (sauf dans le lac, mais là c'est normal).

Vidéo culturelle d'avant-course
.

Les spectateurs peuvent suivre la natation et la course à pieds sans problème, le vélo se fait en deux boucles avec un passage sur le vélodrome. Toujours beaucoup de spectateurs sur le site, cela change des triathlons où il y a que les accompagnateurs. Très bonne ambiance et organisation.

La natation se fait en 2 boucles.
Le vélo en deux boucles aussi, avec dès les premiers kilomètres la cote du tertre assez pentue, de plus on la prend après une virage à 90°, après quelques montées bien casse pattes, le 2ème morceau de choix : la cote du taureau, très pentue sur facilement un bon KM ensuite le circuit devient plus roulant, sauf si le vent est présent sur le retour en général, on se le prend de face, un tour de vélodrome et on repart pour la 2ème boucle, pour résumer un parcours assez usant.
La càp pas trop de difficulté mise à part l'enchaînement des petites bosses autour du lac, la chaleur peut jouer un rôle important si le soleil pointe le bout de son nez, la càp est intéressante à suivre pour les accompagnateurs car ils peuvent voir une grande partie du circuit sans bouger. Le vélodrome se trouve à coté du lac et passage devant public et supporter(s) très sympas. à faire....

Résultat de la course C.D    250 classés

154    Philippe BARRAUD 02:34:48       00:30:43       01:18:15        00:45:50
Dossard : 72 Catégorie : VH3 / Place / Nbre dans cette catégorie : 6 / 11

180    Pierre Herve GUILLEE      02:39:58       00:33:18        01:19:35        00:47:05
Dossard : 244 Catégorie : SH4 / Place / Nbre dans cette catégorie : 45 / 59

193     Jean Yves PIARD     02:42:35        00:32:12        01:22:55        00:47:28
Dossard : 71 Catégorie : VH2 / Place / Nbre dans cette catégorie : 19 / 29

* = le premier avertissement avait été donné suite à l'affaire "de l'Hotel " - complice Michel Peny - à l'époque les 2 compères avaient abandonné la section sur le terrain (raid VTT) pour aller dormir au chaud.


Embrun le Parc A Velo à 5h





















Embrunman - 15 Aout – 3.8 km - 180 km - 42,5 km

Hervé Perrin

Depuis la création de l'AAS Fresnes Triathlon, il y a 20 ans, chaque année le club a été représenté par au moins un émissaire sur le triathlon le plus dur au Monde.
Cette année, pas moins de 5 fresnois étaient de la partie :
Patrick Carbonel, Hervé Perrin, Gilles Icard, Laurent Gillard et Olivier Klose !

2 Fresnois Finishers / 543 classés / 823 participants

218è : PERRIN Herve : natation : 1:02:22 vélo 8:01:55 course 4:58:53
temps final 14:15:30.41

321è : KLOSE Olivier natation 1:05:47 vélo 8:45:44 course 5:05:19
Temps final 15:09:51.01

Tout le monde est sain et sauf malgrès une sortie de route et quelques pépins physiques...

On pouvait suivre les aventures du colège fresnois sur le site de Rillieux Triathlon : son forum, la Radio RAM (page avec historique Embrunman) et le site de chronométrage IPITOS.

Voici le classement général provisoire à l'issue de la natation ( PDF 1)

Puis à l'issue de la partie vélo ( PDF 2 )

Le classement Final ( PDF 3 )


C’est après avoir entendu tant de légendes sur le triathlon d’Embrun de la part de triathlètes aujourd’hui aguerris que je me suis laissé séduire.

Je me suis inscrit à l’édition 2007 et m’en voici revenu.

Je vais vous épargner le récit d’un gars qui en a bavé. Je pense que c’est le cas de tous ceux qui se sont alignés un jour sur l’Embrunman.
Je vais plutôt vous faire part que de ces moments agréables et singuliers que j’ai pu vivre pendant de cette course :

Tout d’abord, il y a eu le départ, un instant assez irréel. A 6h du mat’, il faisait encore nuit. C’était magique. 800 triathlètes se sont lancés à l’eau alors qu’on n’apercevait pas la première bouée.

Sur le vélo, j’ai apprécié ‘la balade’. Je me suis rincé l’œil en apercevant la Durance au fond de la vallée. Lors de la montée vers l’Izoard, nos efforts ont été récompensés par un décor extraordinaire mis en valeur par une météo superbe et idéale pour les cyclistes. En haut du col, ce fut l’instant du plaisir gastronomique où j’ai remplacé mes barres énergétiques par mon ravito patate et sandwich jambon.

Ce fut aussi un moment de télévision lorsqu’un journaliste m’a filmé pendant que j’enfilais un journal sous le maillot. Il a eu la bonté de me rassurer en me faisant remarquer qu’il me trouvait bien frais. Il s’en est suivi un passage grisant lorsque dans cette belle descente j’ai aperçu 70 km/h sur mon compteur.

Plus tard, lors des 2 km de la montée de Champcella à 14%, je me suis félicité de ne pas connaître le parcours. J’aurai pu cogiter et me démotiver à l’approche de ce mur.

Au final de la boucle, dans la montée du Chalvet, je me suis ému devant ces deux gamins qui me tendaient généreusement des bouteilles d’eau qu’ils venaient de remplir chez eux.
Puis a succédé une grande frousse dans la descente sur Embrun. Sur cette route défoncée, j’ai eu peur de perdre le contrôle de mon vélo.


Au départ du marathon, je n’ai pas fait de prière mais la promesse de ne jamais me faire mal, l’objectif étant de finir. Rapidement, j’ai pu croiser les champions et championnes dans leur dernier tour et me rendre compte que eux aussi souffraient.

Sous le soleil, le public était présent et chaleureux. La veille, il avait récupéré la liste des partants distribuée par l’organisateur. Notre dossard était repéré au loin, souvent grâce à des jumelles. Ainsi, lorsque nous arrivions à leur hauteur, les spectateurs scandaient déjà notre prénom.

Aux postes de ravitaillement, j’ai pris le temps d’échanger quelques mots avec les bénévoles toujours prêt à nous aider. J’y ai aussi retrouvé le médecin de la ligue d’IdF - un compagnon de voyage pour me rendre à Embrun. Il n’a pas hésité à me donner quelques conseils pour me rendre la course plus supportable.

Au couchant, la foulée fut soignée pour traverser une haie de spectateurs m’applaudissant. Tous les marmots voulaient me taper dans la main. Derrière la ligne d’arrivée, j’ai pu enfin toucher ce maillot de finisher du mythique Embrunman. Maigre récompense mais une certaine fierté d’être allé au bout.

Je tiens à remercier tous ceux qui étaient présents sur Embrun, ceux qui m’ont envoyé des mails ou téléphoné pour m’encourager, me donner des conseils pour l’équipement, la logistique, … et à la fin me féliciter.
























 
 
Que c'est il passé à Nouâtre ? et tout ce qu'ironmanlive.com ne vous a pas dit.

Les triathlètes de Fresnes sont au quatre coin de l'hexagone.

Pendant que nos futurs ironmen niçois se concentrent, une bonne partie de la bande se retrouve en Tourraine à Nouâtre.


La journée de samedi commence par un découverte où 2 relais portent nos couleurs. Le premier relais entièrement féminin est composé de Yasmina qui préfère garder sa bijouterie et fait une bonne natation même si à son retour de bras elle se prend de temps en temps dans son collier. Elle passe le relais à Pascale et son KUOTA qui ne font qu'une bouchée de la côte à 13% du début. Une bouchée peut être un peu grosse pour l'estomac de Pascale. Isabelle termine le trio pour courir sans perdre de place au scratch. Certes c'est la seule équipe féminine engagée, mais cela nous permet de monter sur le podium et de montrer nos beaux sur-vêts floqués fresnestriathlon à toute l'assemblée. Et ça nous donnera un prétexte pour ouvrir une bouteille pour le gueuleton du soir.

Le deuxième relais formé juste quelques jours plutôt pour perturber les adversaires est composé de la famille Quisefit et de moi-même. C'est le baptême du triathlon pour Nadine qui fait la càp. Michel, stressé comme un jeune premier, est là pour se mettre en jambe sur le vélo avant le CD de l'après-m'. Et moi, je me positionne en nageur. 700 m dans la Vienne et dans le sens du courant qui me prennent moins de 9' sans la transition et surtout je sors 4ème de l'eau parmi les individuels ! On rétrograde un peu mais on décroche une médaille de bronze en équipe mixte.

9ème [Hervé Michel Nadine] 1:21:33 (0:09:20 + 0:42:10 + 0:30:05)
15ème [Yasmina Pascale Isabelle] 1:30:27 (0:12:42 + 0:49:08 + 0:28:38)

A midi, c'est l'arrivée sur site du reste des troupes. L'organisateur a tout prévu pour le repas, c'est à dire frites, andouillettes... Je suis les conseils de mon diététicien Phiphi et je prends donc des frites. Un grande décontraction règne dans l'équipe. 

Nous partons en transport en commun vers le départ. Là encore, les Fresnois ne pensent qu'à parader devant les photographes en attendant le coup de feu. Enfin, on nous lance 3' derrière la vague des filles, de quoi en motiver plus d'un. Je ne réédite mon exploit du matin en sortant 84ème de l'eau. Sur le vélo c'est une côte à 18% qui nous attend. Une première fois passée ce mur, les frites du midi reviennent me faire un petit coucou. En haut c'est plat mais on nous a prévenu c'est aussi du vent en pleine poire. Je regrette d'avoir démonté le prolongateur qu'ironman Alain m'a prêté. Grâce à son absence de port de chaussette, le 1er des V4, Jean-Yves G. me grille d'une seconde sur le temps vélo + transitions. Tant pis pour lui, je me venge sur la càp. Comme d'hab' je remonte plein de gars. Mais à 3 bornes de l'arrivée je me fais déposé par une fille. Elle s'appelle RIOU, je le sais c'est écrit sur ces fesses. J'ai dû la dépasser pendant qu'elle effectuait sa boucle de pénalité. Elle est si rapide à pied que je me demande si ce n'est pas une stratégie de s'autoriser des cartons en vélo. A l'arrivée, que du bonheur : tout le village est là pour nous acclamer. Jean-Yves G. me bluffe et franchi la ligne à peine 3' derrière moi. Le reste de la troupe arrive : Gilles, le président, Phiphi, Jean Yves P (qui ne sais pas trompé dans le nombre de tour, il n'y en avait qu'un) et enfin Michel accompagné d'une jolie fille rencontrée en chemin.


Aux récompenses, l'AAS Fresnes monte encore une fois sur le podium pour grâce évidemment à notre JYG 3ème + 50 ans.

60ème PERIN Herve          2:09:04 (0:19:53 + 1:09:33 + 0:39:41)
84ème GAUTIER Jean Yves    2:12:03 (0:20:59 + 1:09:32 + 0:41:34)
152ème OLIVIER Gilles       2:24:24 (0:21:21 + 1:16:09 + 0:46:57)
159ème ROUVIERE Christophe  2:25:38 (0:23:24 + 1:14:40 + 0:47:35)
183ème BARRAUD Philippe     2:30:57 (0:21:23 + 1:17:16 + 0:52:19)
192ème PIARD Jean Yves      2:34:04 (0:22:34 + 1:20:17 + 0:51:15)
219ème QUISEFIT Michel      3:01:41 (0:25:48 + 1:33:55 + 1:02:00)

Que d'émotions et de déconnade, le club se retrouve en début de soirée pour le traditionnel coq au vin. Des bouteilles sont vidées et des histoires de triathlètes vieilles quelques fois de plus de vingt ans ressortent pour épater les plus jeunes. Il n'aura que Pascale et moi qui auront le courage d'aborder la 4ème épreuve : le bal.

Rv (détails des résultats en fichiers PDF 1 (67 KB) et 2 (12KB)


Triathlon de Nouâtre

Lien vers l'album photo Nadine et Michel Quisefit
 




17 juin 2007 : Triathlon CD du Val St Père - Le 20 ème triathlon de la baie du Mont St Michel , Pierre Cornet

1er Simon Billeau (Poitiers) 2:09:56
2 : Adam Beckworth  (Cesson) 2 :14:42
..
80 : Pierre Cornet (Fresnes) 2:46:18 (V1M 9/18) sur 133 classés, 15 abandons

En ce jour de Fête des Pères, je participe pour la deuxiéme fois à cette épreuve.
L’année derniére  j’avais fait mes débuts dans le triathlon par le Sprint, cette année je m’attaque au CD.
Le temps a été très humide tout le week end et le sprint la veille a été remporté par Nicols Le Hir sous des trombes d’eau, mais une éclaircie miraculeuse en ce dimanche matin nous a permis de faire l’épreuve sous un soleil  radieux.
Ce triathlon Normand tient son originalité de son site unique :
La baie du Mont St Michel.
On peut voir  l’abbaye Millénaire au loin depuis le  parc à vélo installé sur les herbus, ces prés bordant la baie et  recouverts par les grandes marées, où paissent habituellement les agneaux et moutons de pré salé au goût  caractéristique.
Levé à 6h, premier au parc, et à 9 heures , le bus nous a déposé de l’autre coté de la Baie.

La natation se déroule dans La Sélune : c’est à ma connaissance la seule épreuve où on nage en REMONTANT une  riviére, avec la marée montante.
Le parcours fait 2400 m pour compenser l’effet du courant : si la légende dit que la marée monte dans la baie à la vitesse d’un cheval au galop, les spécialiste l’ont  plutot chronométrée à 10-12 km/h ce qui est déjà pas mal et permet normalement des chronos natatoires canons.
(D’ailleurs mon beau-pére avait essayé de me suivre à pied  depuis la berge, il a pris son vélo cette année.)

Au moment du départ, nous voyons passer un vol de cygnes sauvages sur l’eau, c’est superbe. Nous voilà tous dans l’eau trouble (à cause du sable et du courant) mais pas trop froide (17 ), Accompagnés par les kayaks du club local.
Normalement c’est tout droit, mais en fait il faut suivre les méandre du lit principal, pour rester dans le flot du courant. Je pars derriére et commence à mon rythme, à remontant petit à petit le gros du peloton.

Mais tout à coup je me retrouve dans 20 cm d’eau et je vois toute la troupe debout avec de l’eau à mi-mollet en train de traverser un ban de sable. C’est la version locale (imprévue) de la sortie à l’australienne, sur prés de 500 m.  Il y a du avoir erreur dans l’horaire de la marée ou dans le guidage par les bateaux accompagnateurs.
On se remet à l’eau et on se remet à nager. Je pense au coach JP et  essaie de me concentrer sur le style. Damned, avec cette eau trouble, je ne vois pas mes mains et je ne peux pas controler s’il y a encore des bulles quand je tire.

Finalement j’arrive à la sortie  de l’eau où je suis accueilli par des ‘Allez Papa’ enjoués, toute ma petite famille s’étant levé pour m’encourager.
Transition sans probléme, le parc à vélo à moitié vide. La course sert de support à la finale de la Coupe de France universitaire : ils nagent vite les petits jeunes.
Un coup d’œil au chrono à la sortie du Parc : 39 minutes et je pars pour les 3 tours du parcours vélo en espérant en rattraper  quelques uns.
Après quelques km dans la campagne, se présente la principale difficulté : la cote de la Croix Verte, qui monte sur la colline d’Avranches :  1,5 km à 5-6 %,  régulier,  mais bien  long si on ne connaît pas.

Comme je la pratique réguliérement lors des week end en famille j’en profite pour déposer quelques concurrents qui venaient de me dépasser.
Pour redescendre de la colline c’est plus court et plus raide : 8 % par la route des emmes avec 2 épingles que j’arrive à négocier sans freiner,  pour finir à 60 km/h en bas. Après la zone commerciale, un peu de campagne et on rejoint la berge de la riviére que l’on suit jusqu’au parc.
Ma famille est toujours là pour m’encourager à chaque tour, cela vaut n’importe quel ravitaillement !
J’ai mon heure de gloire à la fin du deuxiéme tour, quand je suis dépassé en vue de la ligne d’arrivée par la voiture qui ouvre la course pour les premiers. Ils doivent être juste derriére, donc je sprinte pour finir mon tour sans me faire dépasser, sous les applaudissements du public !!

Au début du dernier tour un concurrent de Palaiseau me double pour la troisiéme fois..et je le repasse ensuite pour la troisiéme fois dans la Croix Verte. On en rigole ensemble et on se donne rendez-vous à l’arrivée pour boire une biére…
De nouveau les emmes , les berges,  et le parc à vélo pour  la transition. Chrono 2h02 à la sortie du Parc, La forme est encore bonne, je fais attention à  boire  réguliérement.
La course à pied est un grand bonheur : 3  boucles autour du Parc, sur les herbus, terrain très souple. Le soleil est toujours la, une légére brise nous mets à la température idéale, il n’y a plus qu’à dérouler, une fois les jambes retrouvées.
Je remonte quelques concurrents et me fait doubler par d’autres, mais ceux-là ont les colliers magiques qui sont distribués à chaque tour, et qui donnent l’impression de faire courir plus vite.
Les jambes sont lourdes mais j’arrive à accélerer dans le dernier tour  pour gagner encore quelques places. Sur la ligne m’attends un ami de la famille, ancien prof de gym, qui m’a encouragé à chaque boucle et me donne aussitôt mon temps et mon classement.

Je finis en 2h46, à 35 minutes du vainqueur : En raison de la longueur de la nat et du vélo (43 km) c’est du maxi CD, mais dans une ambiance très sympa et un cadre magnifique.
C’est sûr, je reviendrais l’an prochain pour essayer d’améliorer ce temps.


17 juin 2007 : Triathlon CD du Val St Père

17 juin 2007 : Triathlon CD du Val St Père

17 juin 2007 : Triathlon CD du Val St Père
17 Juin 2007 : CUBLIZE TRIATHLON Longue DISTANCE - Phillipe BARRAUD

Départ samedi à 11 heures pour Cublize. Arrivée tranquille 17 heures sur la belle base de loisirs du Lac des Sapins (Thierry connaît bien ce beau coin d'eau) Le plantée de tente près des campings cars puis la mise au parc à vélo du dernier prototype de chez Giant.
Réveil 6h30. Petit déjeuner qui va s'avérer par la suite un peu juste (un verre de chocolat chaud avec un croissant) et oui Jean Yves, à 7 heures il n'y avait même pas de frites ni de saucisses. Tout se perd. Départ pour 3 Kms dans une eau à 17 degrés comme d'habitude, je laisse partir tout le monde et fais les extérieurs pour éviter la bousculade. Après une natation correcte, le vélo m'attendait à la place 18. Dès le début j'ai bien senti que les jambes étaient restées dans l'eau. 100 kms à l'arrache avec 80 kms de côte et des descentes rapides avec un revêtement pas très lisse. Sur les 100 bornes, seulement 5 kms de plat environ.
Toujours un beau décor avec des panoramas sur le lac et les collines du Beaujolais. Pour finir cette promenade, comme si le dénivelé ne suffisait pas, le vent rentre dans le tri. Pat dit toujours que même dans les descentes il faut pédaler. Et bien là on était obligé. Retour au parc pas très frais avec un ventre plat comme je ne l'avais pas vu depuis longtemps.
Pour les 20 Kms de course, 10 étaient en montée, les descentes dans les bois façon trail avec de beaux cailloux et des racines. Alain, j'ai pensé à toi, mon temps aurait été meilleur avec toi comme locomotive.
Et Jean Yves, cette fois il y avait bien deux tours à pied. Tu aurais été classé.
Retour à la maison 23 heures. Couché 23h05.

Classements (télécharger)
326è/407     BARRAUD    PHILIPPE     M       18                 7:16:44.78

/sx      /cat    P1      Tps1           Vit1  P2      Tps2           Vit2    P3       Tps3         Vit3

312     18     184   0:57:45.5     3,1   348     4:10:27.4       24   328    2:08:31.7     9,3


08 Juin 2007 : AQUATHLON ANTONY DOUBLE SUPER SPRINT
Deux manches de 2.5km CàP + 250m natation
60ème/61 DURIEZ Keiko Fresnes Triathlon 00:35:31 = 00:17:38 + 00:05:48 + 00:17:53 + 00:04:56

le 08 juin 2007avait lieu également la Cavale (12 km à L'Hay les Roses).
La section athlétisme avait présenter un grand nombre d'athètes et 2 de nos triathlètes :
 45ème     Gilles OLIVIER           0:50:14         Triathlon
110ème     Patrick BURTIN          0:55:31         Triathlon

Barraud Phillipe ; les arcades de l'aqueduc   trail 21km   T:1 51 11  PL :58 sur 242
la montatou  : trail 21 km     T:1 44 20  PL :100 sur  317


03 juin 2007 : Course club (75) PARIS TRI CD
Site :www.paristriathlon.onlinetri.com

Capitaine d'équipe Thierry Ormière
600 concurrents, dont 17 fresnois ont donc unis leurs efforts et surtout leur plaisir pour se retrouver sur l'évènement. Ils n'ont pas été déçus, car il faut bien le reconnaître, la réussite de l'équipe organisatrice et le challenge n'était pas simple.
Merci à Cédric, Yannick et toute l'équipe pour ce pur moment de bonheur sportif !

Accès à la galerie vidéo du Triathlon de Paris avec 8 vidéos (merci Nadine)
Ci-contre les photos sur PARIS (merci Pascale et Nelly)

Le Triathlon CD de Paris : au grattage et au tirage ! Ambiance :

La course club a été l’occasion d’une belle bagarre entre les sociétaires du club de Fresnes, en région parisienne, puisque le vainqueur, Olivier Klose, a devancé ses coéquipiers Jean-Yves Gautier, pourtant 1er V4 sur le podium et Jurgen De Meyer.

Jean-Paul Dubord (pas Brice Daubord), notre maître à tous, a cru très tôt ce matin-là et par erreur au vol de sa voiture. Il avait du réveiller le voisin pour le ramener à la compétition qu'il avait délaissé depuis le siècle dernier. Les SAUCONY de l'époque s'en souviennent et le portèrent une fois de plus jusqu'à l'arrivée !

Un retour vers le futur pour tous ; les anciens repartent à l'assaut et les nouveaux s'initient sur un parcours de tri nageur (?) avec variation. En effet la partie vélo avec drafting innovait une nouvelle formule du format courte distance et donnait lieu à une sacrée passe d'armes !

Pour Tri-Time, Notre Président fût immortalisé à la sortie de la Seine (il laissa courir les autres généreusement et pris la pose) Il y eu la double crevaison de l'ami Môssieur Nalain qui porta le Dossard 69, en bon fêtard (!).
Vincent Fourgous, second Fresnois sur le podium aura tenté sa chance en obtenant 2 places pour Roland-Garros, la matinée se terminant autour d'une sympathique Heineken qui fût dégustée avec quelque modération !

Triathlon de PARIS 2007


27 mai 2007 : Triathlon Longue Distance de VENDOME
Après le beau temp du matin, paraît que le LD de Vendôme était une course de guerriers : froid, vent, crevaisons et chutes !!
Pat' Carbo et Doummé étaient nos guerriers parmi les 307 finishers
209éme Patrick CARBONEL 05:58:48 (01:19:30 ; 02:47:17 ; 01:52:01)
216ème Dominique MONTIE 06:01:47 (01:16:13 ; 02:49:01 ; 01:56:33)

10 km de Choisy le Roi , Hervé Perrin :
Pas dispo pour aller avec vous sur le CD de Paris. Pas dispo hier après-midi pour un tri à Noyon, Enghein ou à Vendôme. Hier matin, sous le soleil, je suis allé étancher ma soif de compèt' sur le 10 km de Choisy le Roi. C'était le rendez vous de tous les athlètes de la région car qualificatif pour les France et c'était aussi les Championnats d'Ile de France de 10. Donc loin du podium, je termine 41ème/445 en 35'53" sur ce parcours bien roulant.


24 mai 2007 IRONMAN Lanzarote , Gilles Icard : Lanza ou l'île ensorceleuse...


Gilles Icard

Arrivé sur le spot, dès l'aéroport on se dit que c'est là, que cette île qui se détache sur le fond bleu toute faite de roche noire ne va pas s'offrir comme ça ....pour un flirt avec toi, je feraaaiii n'importe quoi....( m.delpech troubadour 20°siècle)

L’hôtel est canon situé à 5K de la zone de largage, pas trop de triathlètes, plutôt maman je rentre plus dans mon maillot et papa je rentre plus dans mon maillot et je m'en fous......Je ne reviens pas sur le BOOUUUUUUUUUFFFééééé, ouam l'a fait , j'ai plus l'impression d'être en vacances qu'autre chose. La seule chose qui m'inquiète c'est une douleur derrière le genou gauche qui irradie le long de la cuisse, remonte jusqu'au sacrum et me donne des courbatures inquiétantes quand ce ne sont pas des crampes....

Une visite à l'ostéo a diagnostiqué un blocage sacro-iliaque + rotation fémur mais je me suis à nouveau rebloqué le bazar juste avant de partir. Le DDay arrive, arrivée parc à vélo, je ne sens pas trop la douleur, je me dis que ça peut être ok, ouam a l'air serein, richard plus tendu.

Il fait beau-couvert, la température est nickel ~20° et ça devrait pas trop dépasser 25° aujourd'hui.Le plus surprenant est le vent qui est dans le sens quasi contraire à d'habitude à savoir SO-NE au lieu de NO-SE.

On se dirige vers la plage, l'endroit est minuscule pour partir , on est plus de 1000, ça va canarder et c'est ça qui me fait le plus flipper en tri. je me place au milieu complètement sur la droite alors que la première bouée est complètement sur la gauche à 160m.

PAN, c'est parti, devant ça court et ça s'explose dans l'eau moi, je pars ô pardon, excuse,.....bing,bong, je prends mes premiers coups et j'essaie de ne pas paniquer, de laisser partir les bourrins ( c'est à dire tout le monde) et de contourner tout ce beau monde tout en prenant des coups ( mais d'où ça vient ???)

Enfin, bon beaucoup de temps de perdu, je me mets dans mon rythme mais sui constamment emmerdé par des mecs qui veulent te nager dessus , premier tour, deuxième plus tranquille, sur l'aller houle, sur le retour courant contraire, lors d'une baston je change de trajectoire et là crampe, je m'arrête tout net, ça ne présage rien de bon pour la suite, je finis sans solliciter les jambes la dernière ligne droite (700m), sur la sortie 1h09' pas entamé mais inquiet sur mes douleurs : j'ai cru comprendre que cette année , les chronos étaient supérieurs en moyenne de 3' à d'habitude, ce qui serait plus conforme à mes chronos habituels entre 1h2' et 1h5'.

Bon, la transition est longue, même en me pressant je vais mettre 9' (j’ai halluciné quand j'ai vu que les pros mettaient 3'!!!!!!!!) c'est parti pour le bike, pas trop de vent, je double pas mal surtout en côte, tous les mecs ont des spads aéro, moi, j'ai juste un prolongateur vision court ( quelle erreur, je le saurai après,...)

Pour le moment tout va bien, puerto, porto calero, montée dans l'île, boucle el golfo, là on croise déjà des mecs qui ont 15K d'avance sur moi, j'hallucine d'autant que ce ne sont pas les premiers (dossard 11,12,13 quand même), on attaque la montée vers les montanãs del fuego dans le parc de timifaya ( u know, cette fameuse route toute droite qui monte par ondulation dans les champs de lave), je monte en danseuse 24km/h en bas, 20km/h au début, 16-17 sur la fin. Sachant que j'ai lu que les années normales , ça se finissait à 7-8km/h celà veut dire que le vent, il est pas devant mais derrière mais on le sent pas trop, du genre 10-12km/h, s'en suit une longue ligne sinueuse puis on part pour une boucle du "nouveau parcours" suite réfection chaussée de l'ancien, là on est à 10K de la santa.

Mauvaise nouvelle, on repart en sens inverse faux plat montant et là on est à 24 km/h sur le plat face au vent( enfin moi mais pas beaucoup me doublent : au même endroit 2 jours plus tard vent dans le dos, j'atteindrai 60km/h sur le plat!!!!!!!)

Enfin on récupère la route de teguise, direction nord, vent dans le dos, faux plat descendant pendant 10K je suis à 45 minimum, arrivée teguise qui signifie début des ascensions des miradors . Là il faut appuyer, je comprends plus trop le vent, on l'a de côté où c'est moi qui commence à fatiguer, on est k100, la montée vers haria me fait mal et pourtant ça n'a rien à voir avec embrun.

Je suis scotché sur le raidard de la fin à 10km/h, j'ai mal à ma jambe gauche qui est pleine de contractures, ce n'est pas normal au bout de 100K, c'est inquiétant. juste après descente dangereuse vers Haria et ses palmiers dans un décor de bout du monde. j'ai l'impression d'être seul, personne devant personne derrière, je me serais pas gourré de parcours ????

En bas, on remonte immédiatement, confirmation, je ne suis pas bien, je monte en danseuse, un français me double beaucoup plus facile que moi mais pas beaucoup plus rapide, on fait un bout ensemble puis commence la "vraie" montée du mirador del rio, pas super dure, mais pour moi ça l'est 12km/h compteur. le paysage est grandiose ( on dit que c'est 1 des 5 plus beaux spots au monde), je me rappelle ce que m'a dit ouam, après le mirador , c'est fini, tu rentres peinard, on est au 120K, un bénévole me crie quelque chose "très centa y cinquante cinco", je comprends 355, c'est pas mon dossard, j'en déduis que c'est ma place, 4h05 de course près de 30km/h avec les ascensions mais je suis bien entamé, heureusement y'a plus qu'à rejoindre la base tranquille...La descente est pourrie et je manque de me viander la faute à des avions que j'avais doublé dans la montée et qui me coupent les trajectoires. Moi en descente, j'ai peur et je fais le minimum syndical.

Enfin au bout de 10K on arrive sur une "nationale" (reste 50K) et là c'est le début des emmerdes : quelques notions de base me font rappeler que si le vent est SO-NE il souffle face à ta tronche dans la même direction et on est SO-NE. je regarde le compteur 23 km/h, je suis scotché en plus ça monte en faux plat. Au bout de 30’, là ma jambe me fait mal à chaque cycle et cette montée n'en finit pas (en forçant comme un boeuf je suis à 22!!!!), plein de mecs me doublent, beaucoup trichent, les arbitres interpellent uniquement que ceux qui ne sont pas espagnols et anglais immunisés et qui peuvent s'abriter peinards : j'en ai même vu un (espagnol) se faire tracter par un pote qui n'était pas dans la course devant l'arbitre pas de Pb!!!!!!!!!!!!

je suis de plus en plus épuisé, à un moment on tourne à droite et paf montée, je passe à 12-13 km/h, je force et là crampe, je m'arrête pour m'étirer, m'hydrater, je me rends compte que je ne suis pas trop lucide. Je repars au bout de 5'.cette galère va durer près de 3h en temps course ( pour faire les 60 derniers K) sachant que mon compteur mentionnait 6h38 soit 20' en 4-5 arrêts successifs pour différentes raisons (marre, abandon puis reprise, crampe,......)

Enfin puerto, je suis complètement "hors délais" , je pensais 14H30 max , j'arrive à 15H15, les jambes en compote. je pose le vélo, je sais que je ne vais pas courir, une dernière crampe en mettant mes chaussures achève de mettre fin à mes espoirs de finisher. Il est 15H19. Je suis super déçu mais déjà ma tête est tournée vers EMBRUN 2007 et LANZA 2008 avec laquelle j'ai une revanche à prendre.

Autre chose, LANZAROTE est avec EMBRUN le tri le plus dur que je n’ai jamais fait et également avec EMBRUN le plus beau.














05 mai 2007 : Course club (41) St Laurent-Nouan CD & Déc Dist. Fresnes 155
Site www.tristlaurent41.info

Capitaine d'équipe Hervé PERRIN

Equipiers Jean-Yves Gautier;Pierre Guillée ;Thierry Ormière; Vincent Fourgous;
Alain Brams; Ollivier Klose; Jean-Pierre Menichetti, Pierre Cornet.

Résultats : 1er en 1:58:22 Degham Toumy;

53è notre Capitaine montre l'exemple Hervé en 2:20:05 ;
159è Pierre Cornet 2:33:48; 162è Jean-Yves 2:34:01; 174è Olivier 2:35:44;
186è Alain 2:36:42; 186è Vincent 2:37:03; 201è Jean-Pierre 2:38:54;
240è Pierre 2:46:31; 245è Thierry 2:48:38.


279 classés, le dernier en 3:26:00


Résultats complets et Photos de l'épreuve Ci-contre


Saint Laurent de Nouan

Saint Laurent de Nouan

15 avril 2007, 31è Marathon de PARIS

28 261 concurrents ont pris le départ de la 31ème édition du Marathon International de Paris sur les Champs-Elysées sous un soleil de plomb mais dans une ambiance toujours aussi festive. Les derniers concurrents ont franchi la ligne de départ alors que les leaders se trouvaient déjà place de la Nation...

Tout au long du parcours, de la Bastille au quai de Seine en passant par le Bois de Boulogne, près de 250 000 personnes étaient présentes pour encourager les concurrents et profiter des 70 animations musicales et festives dans les rues de la capitale.

TRISTANT Gwenael 3524ème en 3h 27' 12"
MARIAGE Florent 14336ème en 4h 14' 00"
NEVEU Philippe 26363ème en 5h 46' 55"
sur 26879 arrivants

barraud.phillipe : arcades de l'aqueduc

58em sur 241 temps 1h 51 11 moy 11.55
lundi de Pâques, sa 10ème édition des Arcades de l’Aqueduc, courses à pied en forêt domaniale de Fontainebleau, secteur des 3 Pignons.
Premier grand rendez-vous de la saison "verte", la course des Arcades de l'aqueduc.

Trail au pays des oliviers : Jean-Yves Gautier

Un voyage TGV Paris-Marseille gagné à la course de Crosnes, une opportunité pour participer au trail de Ste Rosalie à La-Fare-Les-Oliviers en ce dimanche de Pâques.

Au programme 30 km sur chemin et sentiers caillouteux dans la garrigue avec env. 800 m de dénivelé. En fait un parcours assez rapide pour un trail avec peu de portions vraiment raides pour passer à la marche. Le paysage est splendide dans la brume matinale qui aura le bénéfice de nous protéger efficacement de la chaleur. Nous sommes seulement une petite 60 ène à avoir pris le départ, la grosse majorité des concurrents étant sur le 16,5 km. Bien débridé après Chessy, je termine en 2h24 et 12 ème position au scratch en espérant une place sur le podium V2. Et bien non ce sera seulement une place en chocolat ce qui n'est pas si mal pour Pâques, les 3 premiers V2 font un beau triplé 4, 5 et 6 ème : les temps sont durs !
Et moi c'est plutôt les pattes qui me font mal.


Cyclosportive 145 km date Dimanche 01 Avril 2007 - 9h00 Vaux le Penil - Melun (77000)

La 14° édition de cette classique Francilienne du printemps depuis 1994 organisée par des cyclosportifs pour des cyclosportifs.
La 14ième édition de "LA 77", épreuve cyclosportive sur un parcours unique de 145 kms, de dénivelée totale de 800 m, parcourant l'Est et le Sud de la Seine et Marne,
Pour trouver mon résultat c’ est simple, tu vas a la fin du classement
Mais je l’ ai fait en pur triathlète , pas dans les pelotons ou tu roules a 40km sans donner un coup de pédale 1060 ALIBERT SERGE H 05:55:37:7


01 avril 2007: Course club (77) CHESSY Duathlon équipe Dist. Fresnes 45

Site : chessytri.onlinetri.com

Capitaine d'équipe Hervé PERRIN
Ci-dessous 3 vidéos tournées par les compétiteurs : Hervé, Sophie, Pierre, Phillipe.Montage Pierre , photos Jean-Yves Gautier;

Résultats Fichier Excel

Equipe 1 : 1 Perrin Hervé 2 Klose Olivier 3 Fourgous Vincent 4 Demeyer Yurgen
Equipe 2 : 1 Gautier Jean-Yves 2 Barraud Phillipe 3 Olivier Gilles
Equipe 3 : 1 Rouvière Christophe 2 Thierry Ormière 3 Guillée Pierre
Equipe 4 : 1 Brams Alain 2 Sophie Le Gall 3 Mariage Florent
Equipe 2 : une belle équipe solidaire

Equipe 1 : en pleine concentration, méditation, ablutions, .... avant la course mais apparemment çà a marché puisque le résultat est à la hauteur.
18 mars 2007, Semi-Marathon d'ANTONY

 
1er JEMMAL Abdelghani en 1:09:14
....24 THEOTISTE Marius 1:20:50  SEM  21/255    AAS FRESNES , 28  LEWDEN Matthieu 1:21:33   SEM  23/255   AAS FRESNES

97   CORNET Pierre    1:28:08    V1M 25/200    AAS FRESNES TRIATHLON
155  OLIVIER Gilles    1:33:04    V1M  45/200   AAS FRESNES TRIATHLON   648 classés


Eric DELAGE , 11 mars 2007, Semi-Marathon de Rambouillet

Heureux comme un gamin, Qu’il était le Eric ce dimanche…
Ben parce que faire 1h14’35 sur un semi cela ne lui était pas arrivé depuis 4 ans (merci Muss) … et pas en faisant semblant … 34’57 au 10 km … J’ai bien un peu craqué sur la fin … mais pas tant que ça finalement.
Puis que dire d’une 21eme place au scratch (sur 2300) dans le championnat départemental des Yvelines.
Et enfin 2eme V1 …. Avec 70 euros en prime …. Comme un gamin que je vous disais … Maintenant Rdv dans 3 semaines pour le marathon de Cheverny avec un doux rêve de moins de 2h38 (mais moins de 2h40 serais aussi très agréable à mes jambes vieillissantes). Paqman

Bravo à Eric : Il retrouve ses jambes de sénior en se classant 21ème en 1h14m35".
Et il se permet de monter sur la deuxième marche du podium vétéran en portant
les couleurs de Fresnes Triathlon.


La joie de monter sur la deuxième marche du podium vétéran
Hervé PERRIN, 04 mars 2007, Marathon de Barcelone
Hervé PERRIN, 04 mars 2007, Marathon de Barcelone.

Depuis quelques jours, j'ai décidé de ne pas viser mieux que 2h 55'. Je partirai très prudemment compte tenu des variations du profil dans la première partie. Le matin de la course, c'est assez tranquille. Nous sommes à 10' de métro du départ. Et la superbe météo nous permet de partir directement en tenue de course sans passer par le vestiaire.
Km 10 : 41' 54" - Je n'ai pas de super sensations. Les balades de la veille m'ont peut être un peu fatigué.

Km 15 : Un peloton d'une vingtaine de coureurs me dépasse lors de la montée. A la faveur de la descente qui suit, je décide de rattraper le peloton pour me mettre à l'abri d'un éventuel coup de vent. En tête du groupe, j'aperçois un gars avec l'inscription 3H dans son dos. Il s'agit du lièvre affrété par l'organisation. Je m'interdis de doubler ce petit monde avant ... allez on va dire le 30ème.

Tout au long du parcours nous sommes bien encouragés par le public. Venga !
(Vas-y !) Ne parlant ni un mot d'espagnol ni de catalan, je suis surpris par certaines expressions comme Animo ! (Courage !) Et je le prends mal lorsque je comprends Mauvais ! (Bouge ! ??)

Semi : 1h 29' 02" - Changement de lièvre. On remercie notre 1er meneur et on continue avec un tout neuf qui part un peu trop vite. Ça gueule dans le peloton. Le nouveau lièvre se fait rappeler à l'ordre et retrouve une allure plus raisonnable.
J'alterne les kilos où je me sens bien ou moins bien. Je reste avec mon groupe. Je n'accélèrerai qu'après le 35ème si tout va bien. De temps en temps mes ischios (mon point faible) me rappellent à leur bon souvenir. Le spectre de la crampe plane sur mes jambes.

Km 30 : 2h 06' 53" On longe le port. Fini les zones d'ombre. Mon ennemi la chaleur s'invite au programme.

Km 35 : ‘La traversée du désert’ : nous quittons le bitume pour courir quelques hectomètres sur un chemin poussiéreux dans un parc rempli d'orangers. C'est le coup de moins bien. Je commence à décrocher derrière mon meneur d'allure Il n’est suivi que par seulement 3 gars. Je me rends compte que le groupe s'est disloqué depuis un petit moment.

L'écart s'agrandi de plus en plus avec mon lièvre qui court certainement par rapport au temps officiel. Je dois m'accrocher à mon ultime objectif : passer sous les 3h.
Je suis à proximité de la pension où nous logeons. Un instant, je m'imagine m'y arrêtant pour aller me coucher. Et puis non, je m'accroche.

Km 38 : Je regarde mon chrono et je me dis que 5 kilos en 19' c'est impossible à faire. Je perds le moral et ralentis sans doute … main non Rv ! Tu t'es planté dans ton calcul. Il ne reste que 4 km et c'est tout à fait jouable même si à partir de maintenant ça va monter jusqu'à la l'arrivée. J'y mets presque que toutes les forces qu'il me reste. Presque car il faut tenir jusqu'au bout.

Km 42 : Virage à gauche, il reste 200m avant de franchir la ligne. J'aperçois le chrono officiel sous la banderole : 2h 59' mais je ne distingue pas les secondes. Allez j'accélère encore un peu. A 100m, je vois la pendule afficher 3h. Je m'arrache car je sais que j'ai quelques secondes d'écart avec le chrono officiel. Je double un gars mais pas le suivant qui donne tout ce qu’il a lui aussi.

Km 42.195 : Je franchi la ligne et regarde mon chrono : 3h 00' 01" Et merde ! C'est raté pour un rien. A ce moment là, je suis très déçu. Je me dis que cette distance n'est vraiment pas faite pour moi. J’essaye de comprendre. La préparation et l’alimentation ont pourtant été correctes. Je n’ose pas mettre ça sur le dos du profil ou de la chaleur. Il me faut un petit moment avant de me rappeler qu'il s'agit d'un nouveau record pour moi. Est-ce que je retenterai un jour ?

Classement : 294ème / 6311

Hors considérations sportives, Barcelone vaut vraiment le coup d’œil pour découvrir les délires de l’architecte Gaudi.









Tristan GWENAEL, Dimanche 11 février, Ozoir la Ferrière : Le vétathlon de fou

51eme AAS FRESNES TRIATHLON 1:50:26 Sur 198 participants
5 Km cp 18Km VTT 3 Km cp

Au départ un peu de soleil nous attendait mais très rapidement du vent de la pluie ont rendu la course plus dure quelle ne l' était déjà, les chemin se sont transformés en riviere boueuse impraticable, mais avec un bon acharnement j'ai fini pour ne pas ne pas déshonorer le seul nom AAS FRESNES représenté.

Ozoir la Ferrière , nouvelle ville thermale avec bain de boue a connu ce dimanche pluie et tornade de vent avant, et pendant la course.

Les concurrents parcourant la première course à pieds longue de 5km sous le soleil. Lors des 18km VTT, ils connurent alors le déluge, qui rendit le parcours encore plus difficile à négocier. La seconde et dernière course à pieds se déroulant de nouveau sous une éclaircie.








Pierre CORNET, Dimanche 11 février 2007, Les Cabanes de l’Or
(Mauguio – 34)

Course à pied en Duo Contre la montre (14,4 km)

http://www.capmelgueil.com/course_cap.htm

1 Walter HAPARD/Erwan LAYEK  00:50:00
...
14 Pierre CORNET/Paul BRAMY  00:59:39 V1H 6/41

243 équipes classées

Une belle épreuve départ du village de Mauguio, prés de Montpellier.
C’est un contre la montre, les départs sont données toutes les 30 sec en fonction des temps d’inscription des équipes (les plus rapides en dernier).

Tous les ingrédients pour une belle course étaient réunis : Le parcours autour de la réserve naturelle des  étangs de l’Or est superbe, le temps est clément pour une mi-Février, l’organisation impeccable et  l’ambiance est très festive : les déguisements sont nombreux, le speaker a un mot sympa ou drôle pour chaque équipe au départ et les ravitaillement sont annoncés bien fournis en spécialités locales.

Premier départ 9 h pour une équipe  marcheurs, au fur et à mesure que les équipes se succèdent la tension monte un peu. Notre équipe (Pierre & Paul)  partons vers 11h et avons souscrit pour un temps de 1 h 05 maxi, mais en calculant au mieux on décide de partir sur  un rythme de 1 heure pile.

Les premiers kilomètres se passent bien, un peu trop même, on décide de calmer un peu le jeu après avoir rapidement doublé nos prédécesseurs (équipe Rome Antique, avec toges version course et couronnes  de laurier) et l’équipe  les précédents.
On saute le premier ravitaillement au kilomètre 4– huîtres et terrine -avec regret, en se promettant de se rattraper après la course et on se cale sur un rythme de 4’-4’ 10  au kilo.

Au kilomètre 6 on voit  soudain décoller un vol de flamants rose sur l’étang à 20 mètres de nous, c’est superbe, mais je suis un peu dans le dur. Paul assure un train régulier et je m’accroche.
Au kilomètre 8, on hume le ravitaillement vin chaud et brochettes, je me contente d’un gobelet d’eau et la forme revient, on double régulièrement des équipes devant nous.
On passe au 10éme en 41 minutes et en bonne forme, l’objectif semble atteignable malgré le Vent de face sur cette portion du parcours. Je prends le relais et relance l’allure.
Au 12éme nous attend  la principale difficulté du parcours : une passerelle permettant de traverser le canal : 15 marches à monter et à descendre à ce moment cela fait mal aux jambes, mais après nous avons le vent dans le dos et continuons à doubler.
C’est maintenant au tour de mon coéquipier de marquer le pas et de s’accrocher, mais en surveillant le chrono nous sommes toujours à peu prés dans l’allure.

On finit les 2 derniers en gérant au mieux et après un sprint final autour du stade, nous franchissons la ligne d’arrivée juste en dessous des 60 minutes,  objectif atteint !

Nous retrouvons nos amis, attendons les derniers arrivants et allons terminer l’aventure par un banquet -comme dans Astérix- organisé dans la salle des fêtes du Village.

Une course à découvrir, dont le succès va croissant et qui affiche complet tous les ans.











Hervé PERRIN, Dimanche 4 février 2007

Dans le cadre de ma prépa marathon, je me suis aligné aux Foulées de Vincennes
Un superbe temps pour la sortie dominicale. Mais plus de 3500 concurrents au départ du 10 bornes, les premiers kilos sont horribles à négocier. Il faut courir sur les trottoirs pour tenter de trouver la bonne allure, éviter le vincennois qui sort promener son chien ou part chercher les croissants.

A partir du premier tiers, ça joue moins de coudes. Prudent, je réussi à faire du négative split : 18'40" + 18' = 36'40" derrière 118 gusses.

Malgré la très forte densité, le circuit est bien roulant donc intéressant pour décrocher une qualif' aux France. On verra ça l'an prochain dans ma nouvelle catégorie.

A la même date, deux de nos licenciés FFA s'élancaient sur les régionaux de cross BAGNEUX (92) : Championnats Régionaux CROSS IDF OUEST Vétérans Hommes
183ème 43'36" CARBONEL Patrick; Championnats Régionaux CROSS IDF EST Vétérans Hommes Stains (93) : 33ème 35'52" DELAGE Eric (qualifié pour les inter régionaux)

Pierre Cornet

Pierre CORNET participant du Paris-Mantes 2007 , samedi 27/01

54 km à pied, ça use…compte-rendu d'une nuit blanche

km0 23h30 Les 3 fringants représentants de l'équipe Oracle Course de Coeur 2007 sommes réunis devant la mairie de Boulogne-Billancourt pour participer  au 54km du Paris-Mantes à la marche, 72ème édition.

Il y a un monde fou, 3000 personnes au départ. L'ambiance est bon enfant. On s'observe à la dérobée, tiens celui-là a pris des batons, tel autre à un camelback, celui-là a un collant léger il va sûrement courir dès le départ. Cà parle fort, y'a des rires forcés avec la petite angoisse du départ.

km0 23h59 on entre dans le sas de départ qui est le CP1 (contrôle de passage #1), ta carte est poinçonnée, tu ne peux plus reculer. Le départ est donné, la foule s'ébranle vers le pont de Saint-Cloud et puis la côte et les escaliers vers les hauts de Saint-Cloud: bouchons, bousculades, jurons, c'est parti !

km6 1h15 du mat, voici la gare de Garches où nos collègues avaient rdv le matin pour l'entrainement du samedi, une pensée pour eux ... Nous marchons d'un bon pas à 6 km/h de moyenne Le temps est super doux, on a presque trop chaud. Les repères défilent sur la carte pendant que nous avalons les kilomètres: Rocquencourt, Grille de Maintenon, Carrefour Royal ...

km19 3h05 voici le CP2 sur la Route Royale, il fait nuit noire, on attaque la forêt. Instantanément, on sait pas bien pourquoi les conversations s'arrêtent. Les frontales se mettent en marche. La p'tite Petzl que m'a prêté Panpan est super.

Chacun sa technique:
- pour Cécile, la frontale comme son nom l'indique se pose sur le front et éclaire la nuit devant elle
- pour Tuan, la frontale se tient à la main et éclaire ses pieds (ca ne l'empêche pas de se prendre une grosse flaque, mais c'est l'heure où il dort ...)
- pour Pierre la frontale se garde dans la poche pour économiser les piles (en fait il a des yeux de lynx,  il voit très bien dans le noir)

Cécile envoie fort, on a du mal à la suivre. Pierre et moi arrivons tout de même à prendre quelques relais.
Cécile est penchée en avant et allonge encore le pas. Pierre vient de trouver une astuce pour arrêter le bolide: "pause technique". On en profite aussi pour grignoter: fruits secs, graines, pain au noix. En fait, sur ce genre d'épreuve qui s'éternise, on finit par se lasser des barres chocolatées ou des en-cas sucrés en général, il faut penser à amener du salé.

On sort de la forêt et on attaque le grand plateau d'Orgeval: il est 4h25, tout en marchant Cécile décide d'envoyer un p'tit texto à Marie-Anne qui doit être quelque part dans les Alpes: 2mn après le portable bourdonne, Marie-Anne a répondu ! elle nous dit "allez, vous êtes les meilleurs" ! mais qu'est-ce qu'elle
fait à cette heure là ? déjà réveillée, pas encore couchée ? mmmhhh

km29 5h04 on arrive au lieu-dit Les Alluets, c'est le premier ravitaillement avec les fameux gobelets de  soupe ! Puis se profile la côte de Maule, une descente infernale de 2.5 km. Ce coup-ci c'est Pierre qui a des ailes: on se met tous à courir comme des malades et on descend la pente à 11km/h de moyenne

km34 6h15 voici Maule, c'est le CP3, un p'tit coup de tampon sur ma carte, merci ma'am.
Y'a une certaine effervescence car c'est aussi le point de départ du 20km vers Mantes.

On atteint la marque du marathon: tu vois Cécile tu as maintenant un temps de référence à battre sur 42,2km: 7h15
Puis tout à coup c'est le drame, Cécile qui se plaignait depuis un certain temps, a soudain super mal au dos au niveau des lombaires, dos bloqué, on est obligé de ralentir. Je lui prends son sac qui pèse un âne mort et on avance tant bien que mal jusqu'à Senneville

km46,5 8h05 voici Senneville et le ravitaillement numéro 2, toujours la bonne soupe et il fait encore nuit.
Le coeur serré, nous laissons Cécile au troquet du coin, pour finir la course jusqu'à Mantes et revenir la chercher avec la voiture.

km54 09:30 le jour est levé sur Mantes. Les derniers kms sont durs mais bien meilleurs que l'année dernière, nous avons pu remonter pas mal de marcheurs et même sprinté un peu sur les derniers mètres pour arrondir le temps à 9h30 (55mn de mieux que l'année dernière).Tout le monde est fourbu, nous content d’être finisher au bout de la nuit, même pas mal aux pieds! 

voilà,  Tuan - envoyé spécial engagé dans le Paris-Mantes 2007


Hervé PERRIN, Dimanche 21 janvier 2007.

Pour les licenciés du monoathlon, c'est la pleine saison du cross.
Et ce week-end, c'était les championnats départementaux. Le neuf quatre avait rendez-vous au Parc du Tremblay.
Amis du long, ce cross était beaucoup trop court pour vous narrer toute une
aventure. Pas d'ice, à peine de boue, pas de mollet entaillé par une pointe
mais un beau rassemblement de la famille athlétique avec tous les âges
représentés.
Les vieux ont ouvert le bal sur 8560m très précisément :
9ème DELAGE Eric 32'16"
20ème PERRIN Hervé 33'30"
88ème BRAMS Alain 39'32"
89ème BURTIN Patrick 39'39" alors qu'il lui semblait avoir franchi la ligne avant Alain ( c'est d'ailleurs une certitude)
En pleine campagne présidentielle notons la belle perf du fils de notre président :
86ème ROUVIERE Clément 6'34" sur la mini boucle 1km180
Cross féminin : 68ème CHAOU Yasmina 27'20" sur les 5km du cross féminin
N'oublions pas Carbo qui courrait et s'est qualifié dans le sept cinq:
31ème CARBONEL Patrick 42'00.

Merci à Michel président de l'AAS Fresnes Athlétisme, et à tous ses membres qui
supportent la section triathlon.


Philippe BARRAUD, Dimanche 21 janvier 2007. Ice trail de 30km en forêt de Carnelle.

La forêt de Carnelle ou la foret de" GAMELLES " on ne sait plus, se trouve au nord de celle de Montmorency, aux confins du Val d'Oise et de l'Oise.
Le terrain y est accidenté, on y trouve d'ailleurs un des points culminants d'île de France avec 210 mètres.
Compte tenu de la relative douceur et des fortes pluies des jours précédents,Le terrain est vraiment glissant, voire très gras, avec des descentes ravinées, des passages en dévers où on peine à trouver son équilibre.
4 ou 5 -0 c'est le score par lequel Gwénaël a gagné : pour son 1er trail, il a été servi.
30km de boue et flaques d'eau. Dans les montées, il fallait marcher pour ne pas redescendre en glissant.
Le temps est superbe, le soleil brille généreusement, et il fait frais.
Certaines montées sont tellement glissantes qu'il est quasiment impossible d'y courir.
Plus loin c'est une succession de troncs d'arbres en travers du chemin qui nous transforment en franchisseurs d'obstacles.
Cela n'a pas empêché Gwénael de finir devant Philippe.
Il lui faudrait des clients plus sérieux, avis aux amateurs...
1er lefebvre 2h17mn 40s cat s, 63ème Gwenael Tristan 2h 55mn 57s, 69ème Philippe Barraud  2h 58mn 58s   sur  217.